Traduction et collaboration ?

Par Alice Judéaux | 1 février 2021 Traduction et collaboration ?

Transcription :
Bonjour à tous! Pour ce deuxième épisode, je voulais parler de « collaboration et traduction, pourquoi ça rime ? » Pourquoi il est important pour moi de tout miser sur la collaboration pour une qualité de traduction accrue?

Et bien tout simplement car lorsque l’on traduit sans vraiment savoir où le client veut aller, ce n’est sûrement pas là qu’on va le mieux traduire. Pour une meilleure traduction, il est important de collaborer ensemble main dans la main.

Documents de référence

Premièrement, si vous avez des contenus qui ont été précédemment traduits et que vous considérez comme fiables, il est important de nous les fournir car ces documents vont pouvoir servir de document de référence. Par ailleurs, si au sein de votre entreprise, vous utilisez un vocabulaire spécifique qui pourrait constituer un glossaire, il est important également que vous nous le transmettiez de manière à ce que nos traducteurs puissent l’exploiter. L’usage d’une terminologie qui vous est propre va considérablement contribuer à la qualité de la traduction finale.

Mise en place d’une boucle vertueuse

Ensuite, même si nous confions vos projets à des traducteurs expérimentés et spécialisés dans votre secteur d’activité, il y a souvent une phase d’adaptation au démarrage d’une collaboration. En effet, le style du traducteur ou sa façon d’aborder vos textes peuvent ne pas correspondre à vos attentes. Dans ce cas nous comptons sur vous pour nous faire des retours dès les premières traductions de manière à ce que notre traducteur puisse en tenir compte au fur et à mesure des projets et ainsi livrer des traductions à la hauteur de vos attentes.


Pour cela, plusieurs solutions. Évidemment, la plus simple, est de nous renvoyer les documents une fois corrigés de votre côté. Ces documents corrigés, nous allons pouvoir les importer dans notre outil d’aide à la traduction qui s’appelle donc memoQ, et ainsi venir mettre à jour la version de départ. Donc plus vous nous faites remonter d’informations « de terrain », plus notre copie dans notre outil d’aide à la traduction sera juste et en accord avec ce que vous recherchez.

On sera ainsi véritablement dans une boucle vertueuse. C’est à dire que dès lors que la moindre petite chose ne vous convient pas, on la retravaille, on la met en place de notre côté et elle est prise en compte pour les futurs projets.

Versus boucle vicieuse

Ce qu’il faut comprendre c’est que nos outils d’aide à la traduction prennent en compte la ou les mémoire(s) de traduction créée(s) pour vos projets. Ainsi tout segment qui a été traduit une fois par notre traducteur va se retrouver dans la mémoire et donc, dès lors qu’il est dans la mémoire, il va être potentiellement réutilisable pour d’autres projets.

Si la traduction d’un segment ne vous convient pas, mais qu’on ne le sait pas, ce sera problématique parce qu’elle va être exploitée à l’infini si l’on ne fait rien. Donc, c’est bien en ça que pour moi, la collaboration est très importante, notamment en phase initiale de démarrage d’un projet. Cela fait partie du cadrage nécessaire.

Peut être que tout vous conviendra dès le début. Peut être que vous n’aurez aucun avis sur le sujet, mais si toutefois vous en avez, il ne faudra surtout pas hésiter à nous les faire remonter.


    MadameMonsieur