Traducteurs : 7 conseils pour une collaboration réussie avec TradOnline

Par Alice Judéaux | 15 septembre 2016 Traducteurs : 7 conseils pour une collaboration réussie avec TradOnline

Chers traducteurs, si j’ai décidé d’écrire cet article, c’est pour vous expliquer en quoi vous pouvez agir pour garantir la réussite de votre collaboration avec TradOnline.

J’espère que cet article vous permettra de mieux comprendre les enjeux de votre relation avec les agences qui vous emploient ! 🙂

Pour commencer, je dirais que la clef d’un partenariat réussi avec TradOnline repose sur la qualité du lien que vous entretenez avec nos chefs de projets. Car chez TradOnline, ce sont nos chefs de projets qui choisissent les traducteurs avec lesquels ils vont travailler.

Si vous voulez qu’on fasse appel à vous, vous savez ce qu’il vous reste à faire : entretenir le lien avec nos chefs de projets et contacter ceux que vous ne connaissez pas encore !

Voyons maintenant un peu plus en détails ce qui peut nous amener à faire appel à un traducteur plutôt qu’un autre.

1- Retour qualité

Il arrive parfois que nos clients nous fassent des petits retours sur le style d’une traduction qui n’est pas en phase avec le style de leur site Internet, par exemple. Or, çela fait partie du travail du traducteur de collecter des informations sur le client avant de se lancer dans un projet de traduction.

Nous n’arrêtons pas de travailler avec un traducteur suite à ce type de remarques, ce ne serait pas professionnel de notre part. En revanche, trop de retours de ce type concernant un seul traducteur peuvent nous faire douter de son sérieux.

Quand on travaille avec des humains, on sait pertinemment qu’il est normal d’avoir des hauts et des bas. Parfois, vous avez de bonnes raisons pouvant expliquer une mauvaise passe. Faites-le nous savoir, cela évitera tout malentendu.

Dans quelques rares occasions, de grosses erreurs de traduction peuvent engendrer une fin de collaboration immédiate avec TradOnline. Mais je vous rassure, c’est rarissime ! En dix ans d’existence de TradOnline, nous n’avons dû avoir que trois cas de ce type.

2- Manque de disponibilité

Si vous avez refusé de trop nombreux projets pour nos chefs de projets, il est clair qu’ils finiront par ne plus vous contacter. Il faut savoir que nous privilégions toujours les traducteurs qui nous sauvent de quelques situations embarrassantes en acceptant un projet urgentissime ou un format de fichier complexe dans le timing de notre client.

Nous vous conseillons vivement de mettre en place un message automatique en cas d’absence de plus de quelques heures.

3- Délais de paiement

Nos délais de paiement sont à 30 jours fin de mois, c’est-à-dire que nous vous paierons fin septembre la facture des projets effectués au mois d’août.

Ces délais ne sont pas négociables car nous ne pouvons pas faire du cas par cas, au risque de perdre énormément de temps. Sophie, notre chargée de facturation, traite toutes les factures traducteurs en même temps et un paiement unique de tous les traducteurs est réalisé en fin de mois.

À noter également que pour toute nouvelle collaboration avec un traducteur, la première facture sera payée dès la fin du travail effectué.

Vous pourrez en parler avec tous les traducteurs qui travaillent régulièrement avec nous, nous les payons avec une grande ponctualité.

4- Fin de collaboration avec un client

Il est également possible que nous fassions appel à vous pour un seul de nos nombreux clients, et que ce client ne nous sollicite plus, auquel cas nous n’avons donc plus de projet à vous confier. Cela dit, si vous maîtrisez d’autres domaines de spécialisation que celui du client en question, libre à vous d’en informer les chefs de projets pour qu’ils gardent votre nom en tête.

À savoir : chez TradOnline, vous avez accès à votre espace traducteur, dans lequel vous pouvez indiquer vos compétences. Si votre profil est à jour, il est évident que vous serez plus sollicité que s’il est incomplet. Donc n’hésitez pas à faire le nécessaire !

5- Comportement

Pour commencer, prenez le temps de bien lire les consignes transmises par votre chef de projets. Cela pourrait éviter des échanges d’e-mails non nécessaires.

Concernant vos questions en rapport avec la traduction, mieux vaut les poser en cours de projet plutôt que de laisser des commentaires dans le fichier livré en fin de projet, quand la livraison est proche. C’est stressant pour le chef de projets et chronophage pour le relecteur qui va devoir lire un par un chaque commentaire !

Inutile également de transmettre trois versions corrigées de votre travail au chef de projets. Prenez le temps de bien vous relire et envoyez-lui une seule version définitive. La confiance que le chef de projets peut avoir en vous est la clef de votre succès !

Par ailleurs, nous vous conseillons de toujours répondre aux demandes des chefs de projets, y compris pour leur dire que vous ne pouvez pas les aider cette fois-ci ! Le cas échéant, ils vont attendre votre réponse, perdre du temps et forcement garder un ressentiment envers vous. À nouveau, pensez à paramétrer un message d’absence sur votre messagerie lorsque vous prenez des congés.

De la même façon, si vous ne pouvez pas livrer dans les temps, informez-en le chef de projets dès que vous savez que vous aurez du retard. Il vous fera peut-être une petite réflexion, mais il gardera surtout en tête votre honnêteté et pourra prendre les dispositions nécessaires avant qu’il ne soit trop tard.

6- Tarifs

Si votre tarif est supérieur à celui des autres traducteurs de notre base, nous attendrons de vous que la qualité de votre travail soit meilleure que la moyenne. Autrement, nous risquons de changer progressivement de traducteur. Il est possible également qu’au vu de votre tarif, seuls des projets plus complexes vous soient transmis.

Par ailleurs, nous vous conseillons vivement d’accepter de négocier vos tarifs pour les projets volumineux (plus de 10 000 mots) car, encore une fois, nous donnons plus de projets aux traducteurs qui ont accepté nos conditions tarifaires sur un gros projet, pour lequel nous proposons un tarif moindre au client.

7- Outils de TAO

Si vous ne maitrisez aucun outil de TAO (traduction assistée par ordinateur) et qu’une formation par TradOnline ne vous intéresse pas, vous aurez beaucoup moins d’opportunités de travail avec TradOnline, car nombre de nos projets nécessitent un outil de TAO.

À savoir : TradOnline est depuis quelques années équipée du logiciel memoQ en version serveur. Pour chaque projet attribué, nous vous fournissons une licence temporaire vous permettant d’utiliser memoQ de manière totalement gratuite.

La plupart des informations ci-dessus font appel au bon sens, mais il est parfois intéressant de le lire écrit noir sur blanc 😉

N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques en commentaires !


    MadameMonsieur