[Interview de Loïc] MemoQ et mémoire de traduction : à quoi ça sert ?

Par Alice Judéaux | 23 avril 2015 [Interview de Loïc] MemoQ et mémoire de traduction : à quoi ça sert ?

Loïc, tu es chef de projet chez TradOnline et tu gères notamment des projets complexes nécessitant l’utilisation d’un outil de TAO. Aujourd’hui tu vas répondre à quelques questions que se posent nos clients concernant l’outil de traduction assistée utilisé chez TradOnline, à savoir MemoQ, ainsi que les « mémoires de traduction » que nous évoquons souvent dans nos échanges.

Qu’est-ce qu’un outil de TAO ?

TAO est l’acronyme de Traduction Assistée par Ordinateur. Il ne s’agit en aucun cas d’un outil de traduction automatique, mais d’un logiciel d’aide à la traduction, dit à mémoire de traduction. Cet outil prend en compte la récurrence de mots, une mémoire de traduction, ainsi qu’un glossaire pour assurer une cohérence terminologique et syntaxique. Parmi les logiciels les plus couramment utilisés, on peut citer notamment SDL Trados, Wordfast ou encore memoQ.

TM (translation memory) versus glossaire, quelle différence ?

Une mémoire de traduction est une base de données contenant des segments de texte source, et  son équivalent vers  une autre langue. Elle permet de stocker des segments de phrase et de les réutiliser.

Contrairement à la mémoire de traduction, le glossaire est multilingue. C’est tout simplement un lexique d’un ou plusieurs mots spécifique à un projet, qui vont aider le traducteur. Ex : Display advertising > publicité Display

Quel est l’intérêt pour TradOnline et pour le client d’utiliser MemoQ ?

Il permet de calculer le volume de mots au sein d’un ou plusieurs fichiers, de manière rapide, pour tout type de fichiers.

Il permet de traiter rapidement de gros volumes de traduction, avec plusieurs traducteurs en simultané, tout en conservant une cohérence terminologique, et en respectant le style le plus approprié grâce à la mémoire, et au glossaire.

Il permet de réduire le coût de la traduction grâce à la mémoire, si des précédents projets ont été réalisés, et de bénéficier d’un tarif très avantageux sur le volume de répétitions (segments ou phrases revenant plusieurs fois sur un ou plusieurs documents).

Il permet de traduire facilement tout type de fichier : HTML, PHP, fichiers Excel avec contenus html/css. Grace à certaines règles de filtrage (en écartant les variables à ne pas traduire), le traducteur peut se concentrer uniquement sur son métier qu’est la traduction, et cela permet de gagner du temps en instructions/formations, tout en évitant des multiples erreurs.

Je suis client d’une agence de traduction X et je veux travailler avec TradOnline, mais sans perdre mes actifs linguistiques. Que faire ?

Deux options possibles.

Si votre agence effectuait les traductions via un outil de TAO, il vous sera possible de leur demander de vous transmettre la mémoire au format TMX, un format compatible avec de nombreux outils de TAO. Nous pourrons ainsi réimporter tous vos actifs linguistiques.

Si ce n’est pas le cas, il sera toujours possible de constituer une mémoire de traduction à partir des documents déjà traduits. Il nous faudra simplement disposer des contenus sources, et des contenus cibles, et effectuer un alignement de ces fichiers.

Merci Loïc pour toutes ces réponses. Grâce à toi je pense que nos clients y voient un peu plus clair sur le sujet !

N’hésitez pas à vous rendre sur notre blog et consulter nos autres interviews.


MadameMonsieur