Travailler à l’international : le témoignage de cette aventure vécue par l’une de nos clientes

Par Alice Judéaux | 17 février 2016 Travailler à l’international : le témoignage de cette aventure vécue par l’une de nos clientes

Bonjour Anne et merci d’avoir accepté de participer à cette interview.

Vous travaillez aujourd’hui en tant que Brand Manager Travel Retail Americas chez L’Occitane en Provence à Miami. Par le passé, vous étiez en poste en Suisse chez L’Occitane.

Comment en êtes-vous venue à travailler à l’international ?

Mon premier départ à l’étranger a eu lieu en 2001 pour New York en tant que jeune fille au pair. Cette expérience m’a énormément plu et j’ai enchainé les expériences de ce type : six mois à Berlin en stage, un séjour Erasmus d’un semestre au Danemark, puis une année en Australie après une étape à Paris.

Après mon retour d’Australie, et depuis toujours, j’ai ciblé des entreprises internationales pour le multiculturalisme et les potentielles opportunités de carrière  à l’international.

Chez l’Occitane, je me rappelle avoir mentionné dès mon premier entretien d’embauche, mon souhait de partir travailler à l’international. Après deux ans de travail à Genève,  et des discussions avec mes managers sur mes envies de mobilité à l’étranger, on m’a proposé un poste à Miami quand celui-ci s’est ouvert.

Aujourd’hui, je suis donc responsable du marketing et merchandising du « Travel Retail Americas» (points de vente  DUTY FREE – aéroports, croisières, compagnies aériennes, border stores) depuis Miami. Miami est une véritable plateforme dans l’industrie de la cosmétique pour toutes les marques qui sont distribuées  en Amérique du Nord et du Sud, notamment en raison de sa localisation stratégique : à mi-chemin entre ces deux marchés. Tous nos concurrents ont des bureaux ici : LVHM, Clarins, Shiseido, L’Oréal, Estée Lauder, etc.

Et puis, pour travailler sur l’Amérique du Sud, il est important de comprendre la culture latine, et habiter Miami est une véritable immersion, car 66 % de la population est latine !

Comme la plupart des principaux acteurs de l’industrie cosmétique en Travel Retail, L’OCCITANE a 3 filiales travers le monde : une en Europe, une à Miami pour les Amériques et une autre à Hong-Kong pour l’Asie/Pacifique.

Avez-vous eu des craintes et des réticences lorsque ce projet s’est concrétisé ?

On a toujours des craintes quand on déménage, surtout a l’étranger, mais mêlées à une excitation positive.

C’est très sain d’avoir peur, cela permet de réfléchir et de faire les bons choix. On s’informe mieux et ça montre que l’on connait la réalité de l’expatriation avant de partir.

Par contre, je n’avais aucune réticence, même si Miami m’était une ville parfaitement inconnue !

J’aime les grandes villes et leur aspect cosmopolite, donc je savais que j’allais aimer vivre à Miami également.

Un tel départ se prépare en famille. Comment la vôtre a-t-elle réagi ?

Je ne suis pas mariée et n’ai pas d’enfant, de ce point de vue là au moins, ça m’a facilité les choses !

En revanche, mon choix a tout de même eu un impact sur ma famille, dont tous les membres m’ont soutenue dans cette démarche. Mes parents et mes frères n’ont pourtant pas des parcours internationaux, mais ils ont toujours compris mon besoin et ont été à mes côtés dans cette décision.

Ils sont toujours là pour moi quand j’en ai besoin.

S’intégrer à Miami prend beaucoup de temps ; la première année est assez dure. J’ai beaucoup travaillé et n’ai pas vraiment pris le temps de me construire une vie sociale.

Quid du choc culturel ?

Le choc culturel est sans doute plus important si on s’installe en Asie, dont la culture est très éloignée de la nôtre. Les États-Unis sont un pays occidental, donc le choc est moindre. D’autant plus que j’avais déjà vécu un an à NY. À Miami, en revanche, on a parfois l’impression de vivre en Amérique latine, car il y a énormément de Cubains, de Mexicain, de Colombiens, de Vénézuéliens, etc. J’ai rencontré très peu de gens réellement originaires de Miami. L’espagnol, on l’entend partout et tout le temps!

Vous aviez déjà travaillé à l’international dans votre carrière, mais sur de plus courtes périodes. Est-ce que la durée joue sur la façon dont on vit sur place ?

Oui, quand on part un an, on a envie de tout faire tout de suite. Quand on arrive dans le cadre d’un contrat long sur un poste à responsabilités avec beaucoup de travail, on commence par travailler avant de penser à visiter ! Ça fait presque deux ans que je suis ici et il y a encore plein de lieux que je n’ai pas visités.

Aujourd’hui, je construis ma vie comme si j’habitais en France, en recherchant le même confort, les mêmes loisirs.

On dit souvent qu’il faut « fuir les Français » quand on est à l’étranger. Est-ce votre sentiment ?

Mes amis sont presque tous des expatriés qui travaillent dans l’industrie cosmétique !

À chacun de mes départs, j’ai cherché à me rapprocher de Français, car nous avons des références culturelles en commun. Et cela, même si j’aime rencontrer des gens de différentes cultures.

J’ai eu besoin de me constituer un entourage, une famille sur place. D’autant que personnellement, je n’ai pas besoin de travailler mon anglais, donc je ne cherche pas à fréquenter uniquement des anglophones.

Les amitiés entre expatriés sont beaucoup plus fortes. C’est d’autant plus vrai aux États-Unis, car les véritables amitiés à long terme avec des locaux sont difficiles à construire. C’est très facile de discuter avec des Américains, mais rares sont ceux qui s’engagent réellement dans des amitiés durables.

Mais je ne fréquente pas uniquement des Français, puisque je suis inscrite dans un groupe de danse  dans lequel il y a beaucoup de nationalités différentes, qui organise de nombreuses animations et événements.

Ce qui rebute plus d’un candidat à partir à l’étranger, ce sont souvent les lourdeurs administratives. Quel est votre point de vue sur cette question ?

Pour moi, c’est l’Occitane qui s’est occupée de tout l’administratif, donc je n’ai pas eu de stress particulier, même s’il y avait de nombreux documents à remplir et qu’il est toujours un peu stressant d’attendre l’approbation du visa. Nous sommes passés par un avocat de l’immigration, car le dossier à construire dans le cas d’une expatriation est très lourd.

J’envisage sérieusement de retourner vivre en Australie, mais je n’essaierai pas de trouver un sponsor toute seule. Chercher un sponsor peut prendre beaucoup de temps, car les démarches sont complexes et peu d’entreprises se risquent à franchir le pas. En revanche L’Occitane a une filiale à Sydney et ça pourrait être une option à l’avenir.

Beaucoup de candidats idéalisent l’expatriation. Pensez-vous qu’il y a une « face cachée » de l’expatriation ?

Pour partir, il faut avoir mûri un projet. Il faut savoir s’intégrer, s’adapter. C’est un gros challenge au niveau personnel, surtout si l’on change d’entreprise. Il faut être débrouillard, accepter la solitude et savoir y faire face. Il ne faut pas voir que les côtés positifs, même s’ils sont nombreux !

De votre point de vue, y a-t-il beaucoup d’entreprises françaises ayant une antenne aux États-Unis ?

Dans le « Travel Retail» en tout cas, c’est le cas ! Certaines entreprises ont également des bureaux à New York en plus de Miami.

Les multinationales n’ont pas le choix, elles doivent avoir des antennes en Amérique pour pouvoir atteindre ces gros marchés, Amérique du Nord, et Sud.

Cela dit, le rêve américain est un concept un peu dépassé, je pense donc que toute entreprise ne peut pas fonctionner aux États-Unis. Si le besoin existe et que l’idée est bonne, en revanche, le succès se fera peut-être plus facilement et rapidement aux États-Unis qu’en France.

Par contre, à la différence de la France, la méritocratie fonctionne ; et les compétences sont remarquées et valorisées, on peut rapidement évoluer.

Prévoyez-vous de revenir un jour en France ou en Suisse ? Si non, pour quelles raisons ?

Je pense que je reviendrai un jour en Europe, mais sans doute pas en France. J’aime toujours plus la France quand j’en suis loin. Quand je suis en France, j’ai l’impression d’entendre beaucoup de plaintes et je ne vois pas nécessairement les actions prises pour avancer. Il y a une certaine morosité ambiante qui ne me plait pas.

Le jour où j’aurai des enfants, j’aimerais qu’ils soient proches de mes parents et de mes frères, donc je reconsidérerai les choses, mais ce n’est pas au programme du moment !
Anne Paysac-Travel Retail Americas L'Occitane en Provence

Anne Paysac

Brand Manager Travel Retail Americas

L’Occitane en Provence

L'Occitane en Provence


MadameMonsieur