Il y a deux semaines, nous vous présentions la langue des signes française, une langue à part entière signée en France par plus de 100 000 personnes sourdes ou malentendantes.
Malheureusement, cette langue n’est que peu pratiquée en dehors de la communauté sourde. Dans les administrations françaises, dans les entreprises, dans la sphère privée, peu de personnes la pratiquent.

Afin de permettre aux personnes sourdes et malentendantes de comprendre et de s’exprimer des interprètes sont nécessaires. Tout comme deux personnes ne parlant pas la même langue nécessitent des entremetteurs.

Interprète LSF : un métier récent qui se structure petit à petit

Les interprètes LSF permettent à deux communautés linguistiques, les personnes entendantes et les personnes sourdes, de pouvoir communiquer, chacune dans sa propre langue.
Historiquement, ce sont les membres de la famille d’une personne sourde qui jouaient ce rôle d’interprète. Aujourd’hui, c’est encore souvent le cas (on peut le voir dans le film la Famille Bélier d’ailleurs).

Avec la fin de l’interdiction de la langue des signes et la création d’écoles d’interprètes, le métier d’interprète LSF se professionnalise depuis une vingtaine d’années. La formation d’interprète en LSF est une formation spécifique, qui inclue des notions linguistiques, des notions d’interprétariat et qui nécessite une grande gymnastique de l’esprit et une grande concentration. En effet, tout comme les interprètes de langues orales, l’interprète LSF est un professionnel linguistique.

Toute personne qui connait la langue des signes ne peut pas se définir interprète en langue des signes, loin de là. Il est donc très important que le métier d’interprète soit protégé et reconnu.

Aujourd’hui 400 interprètes en langue des signes française sont diplômés en France. Il semble qu’il faudrait 3000 interprètes pour pallier aux besoins de traduction.

Quelles études pour devenir interprète LSF ?

Pour devenir interprète LSF, il faut donc passer par une école d’interprétariat en langue des signes française.
L’association française des interprètes et traducteurs en langues de signe, AFILS, reconnaît 5 diplômes, 5 masters d’interprète en langues des signes (Paris 3 et Paris 8, Rouen, Lille 3 et Toulouse).
Ces masters sont accessibles pour toute personne ayant une licence et ayant une bonne culture générale, une excellente maîtrise du français et de la LSF.
En effet, durant la formation, les élèves n’apprennent pas la LSF mais apprennent toutes les techniques d’interprétariat, notamment les techniques d’interprétation consécutive et d’interprétation simultanée.
Une sélection est faire pour vérifier que chaque candidat sait s’exprimer correctement en LSF.
Il est donc primordial d’apprendre la langue des signes au préalable.
Suite à l’obtention du diplôme, l’interprète LSF peut travailler en tant que salarié ou à son compte.

Retrouvez très prochainement notre interview de Stéphan Barrère, interprète en langue des signes française. Nous en apprendrons plus sur le rôle et les interventions des interprètes.