La qualité d’une traduction professionnelle repose sur de nombreux critères : l’expérience du traducteur, sa maîtrise des langues, sa connaissance du domaine concerné, le style et le ton adopté, mais aussi les termes employés. Or, d’un client à l’autre, la terminologie utilisée est susceptible de varier. Véritable travail de préparation entre le client et son traducteur, la gestion terminologique est souvent ignorée alors qu’elle est essentielle pour obtenir une traduction de qualité fidèle aux attentes du client.

Comment gérer une base terminologique ? À quoi correspond-elle exactement ? Qui doit s’en charger, le client ou le prestataire linguistique ? Découvrez-en davantage en lisant cet article !


Qu’est-ce qu’une base terminologique ?

Dans le milieu de la traduction professionnelle, la terminologie comprend deux activités :

  • la création de glossaires spécifiques par thème (finance, chimie, joaillerie ou médecine par exemple) ou par client ;
  • la mise en place de mémoires de traduction.

Dans l’élaboration de glossaires, le plus souvent grâce à un fichier Excel bilingue ou multilingue, le linguiste collecte les termes au fil des documents ou avant d’effectuer une traduction. L’idée est de regrouper les termes techniques contenus dans un document, les termes récurrents et les termes spécifiques à un client, d’en proposer une traduction après avoir effectué des recherches pertinentes et de valider cette dernière avec le client.

Logiciel memoQ

La mise en place d’une mémoire de traduction nécessite par contre des outils spécifiques appelés outils de « traduction assistée par ordinateur ». Chez TradOnline, nous utilisons principalement le logiciel memoQ. Ces outils permettent de conserver des textes entiers traduits et subdivisés en phrases (appelées dans notre jargon « segments »). Ainsi, nous retrouvons aisément les termes ou les structures syntaxiques similaires que nous pouvons réutiliser pour les futures traductions. Cet outil nous permet également de créer des bases terminologiques (sorte de fichier Excel amélioré) que nous pouvons ajouter à chaque projet pour nous assurer que le traducteur applique la bonne terminologie. Pour en savoir davantage sur les mémoires de traduction, nous vous invitons à lire l’un de nos anciens articles ici.

Pourquoi cette base est-elle si importante ?

Les projets de traduction peuvent parfois être espacés dans le temps ou traités par différents linguistes professionnels (que ce soit en interne, chez le client, ou tout simplement par différents prestataires de traduction). Il est donc important de maintenir une cohérence terminologique entre les différents travaux au fil du temps pour veiller à ce que les termes validés en amont soient respectés.

Chez TradOnline, nous mettons un point d’honneur à utiliser et vérifier la terminologie client. C’est pourquoi nous insistons sur une gestion systématique de la terminologie pour l’ensemble de nos clients, quelles que soient la taille et la technicité du document à traduire. Une bonne base terminologique permet :

  • d’aider les traducteurs à produire des traductions plus cohérentes, de meilleure qualité et surtout de répondre à vos attentes quant aux choix des termes utilisés ;
  • de diminuer le temps consacré à la traduction et à la révision et par conséquent de réduire les coûts ;
  • d’améliorer la communication au sein d’une entreprise, entre son personnel, les partenaires et les autres parties prenantes.

L’importance d’une gestion terminologique par un professionnel

Les traducteurs expérimentés consacrent 20 à 25 % de leur temps à des recherches terminologiques.

Des études indiquent que les traducteurs expérimentés consacrent 20 à 25 % de leur temps à des recherches terminologiques contre 40 à 60 % pour les traducteurs inexpérimentés[1].

C’est pourquoi le travail de recherche terminologique doit être mené par un expert, car seul un professionnel connaît les banques terminologiques fiables et saura reconnaître les sources sûres et ainsi proposer une traduction adaptée. Il est donc recommandé qu’en plus de traduire, les traducteurs enregistrent les résultats de leurs recherches pertinentes dans une base de données terminologique. Étant donné que cette activité demande un travail conséquent, cela n’a pas de sens de reproduire cette recherche pour de nouvelles traductions.

En plus de ces bases créées par les linguistes, il est primordial que chaque client communique ses préférences en matière terminologique, tout comme il est fondamental que chaque client valide ou non les traductions proposées. Ainsi, une fois ce document établi et validé, il pourra être rendu accessible non seulement aux traducteurs, mais aussi à l’ensemble des collaborateurs chargés de la rédaction et de la mise en forme de textes en vue de leur publication. Cela permettra à toutes les personnes impliquées dans le processus de création de textes de disposer d’un document sur lequel s’appuyer pour effectuer des choix terminologiques. Le processus de révision et de contrôle qualité sera facilité et la cohérence terminologique assurée.

N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir davantage sur nos services et nous déléguer l’élaboration d’une base terminologique. Nos équipes de linguistes professionnels se feront un plaisir de vous accompagner et de vous conseiller sur l’utilisation des termes appropriés et mettront en place, avec vous, des solutions pour garantir une cohérence terminologique d’un document à l’autre.


[1] Guy Champagne, cité par Lynne Bowker, « Terminology and Translation » in Hendrik J. Kockaert, Frieda Steurs, éd., Handbook of Terminology: Volume 1, John Benjamins Publishing Company, 2015, p. 311.