La crèche bilingue français-anglais est un concept qui ne cesse de se développer depuis ces dix dernières années.

Elles ont vu le jour dans les grandes villes (Paris, Lyon, Marseille) et petit à petit colonisent les villes de taille moyenne (Toulouse, Angers, Lille) !

Malgré leur réputation de mauvais élèves en langues, les parents français accordent de plus en plus d’importance à l’anglais dans la scolarité de leurs enfants. Sans doute une prise de conscience du handicap lié à une mauvaise maîtrise de l’anglais. Bon nombre de salariés voyant leur évolution de carrière limitée due à des lacunes en anglais.

 

De 0 à 10 ans : des capacités cognitives pour l’apprentissage des langues

Des études récentes laissent penser qu’il faut s’imprégner d’une langue avant l’âge de 10 ans, car c’est à partir de cet âge-là que nous devenons moins réceptifs aux sons qui nous permettent de différencier des mots dans une langue étrangère parlée.

Le bébé humain reconnait bien plus de sons que l’adulte, et cette capacité se perd au fur et à mesure de l’apprentissage de sa langue maternelle. Autrement dit, en grandissant, l’enfant finira par ne reconnaître que les sons identifiés bébé dans sa langue maternelle.

Le bilinguisme précoce permettrait aux enfants de se créer deux systèmes de pensées simultanées, sans passer par la traduction. Par ailleurs, cette immersion bilingue quotidienne, permettrait un apprentissage plus fluide d’une deuxième langue.

Car même si l’éducation nationale a fait de nombreux efforts ces dernières années sur l’apprentissage de l’anglais, il n’en reste pas moins qu’on ne devient pas bilingue avec 54h d’anglais par an à partir de 6 ans. L’immersion reste bien plus efficace que quelques heures de cours !

C’est sans doute pour cette raison que certains parents se tournent vers des solutions complémentaires : baby-sitter anglophone, cours d’anglais renforcés, stages à l’international, crèches bilingues, etc.

 

Comment fonctionnent ces crèches ?

La plupart de ces crèches proposent une dizaine de places pour des enfants de 2 mois à 6 ans avec 50% minimum des effectifs anglophones.

Cela dit, bien que des candidatures anglophones soient privilégiées, la plupart des structures recrutent plutôt des français parlant un anglais suffisamment correct pour être utilisé au quotidien. Ils proposent éventuellement de vous faire suivre un stage d’anglais intensif si votre niveau n’est pas suffisant. Ne perdons pas de vue que les salariés de ce type de structures doivent avant tout avoir un diplôme spécialisé dans la petite enfance et que la maitrise de l’anglais est secondaire !

Selon les structures, l’anglais sera utilisé uniquement lors des jeux ou pour communiquer à toute heure de la journée.

Il va sans dire que comptines, jeux de sociétés sont présents en version française et anglaise, pour favoriser l’ouverture aux deux langues. Le but étant d’apprendre l’anglais comme on apprend le français, en entendant puis en répétant les sons identifiés. On commence donc par l’oral, pour se familiariser avec les sonorités.

La plupart de ces établissements couplent l’apprentissage bilingue avec des nouvelles pédagogies du type Maria Montessori dont le crédo est : « Ecouter l’enfant, respecter son rythme. Se respecter soi-même et les autres, respecter son environnement et l’ensemble de l’humanité. »

Les tout-petits sont guidés plutôt que contrôlés. On les encourage à aller les uns vers les autres, à apprendre en reproduisant ce que font les autres.

 

Pour en savoir plus sur les crèches bilingues, je vous invite à consulter le site suivant : http://www.creche-bilingue.info/