Ce mois-ci TradOnline souhaite mettre en lumière une entreprise en plein développement, et dont les services pourraient intéresser certains de nos clients. Il s’agit d’une entreprise proposant une solution de community management : Tharios.

 

TradOnline : Bonjour Christophe Bourgoin. Pour commencer, qui êtes-vous et que faites-vous ?

Christophe Bourgoin : J’ai fait des études en économétrie puis j’ai travaillé dans l’univers des données. D’abord dans une banque, puis dans des startups, sur de la résolution de problèmes marketing digitaux et programmatiques.

Quand mon avant-dernier projet s’est terminé, j’ai décidé de tenter l’aventure entrepreneuriale.

 

TradOnline : Dites-nous en quoi consiste la solution de Tharios ?

Christophe Bourgoin : Au lancement de Tharios, nous proposions à nos clients des services de gestion de problématique data. Puis rapidement, cette problématique de publier et de se faire connaître sur les réseaux sociaux a émergé. On a donc commencé à travailler sur cette idée de génération de textes. Grâce au deep learning nous avons trouvé une solution pour automatiser une partie des tâches de création de contenus.

Les besoins sont réels.

Nous avons testé notre solution auprès de freelances, de startups, de grands groupes. Leur soutien nous a motivés à continuer. Et pour pouvoir développer un produit vraiment innovant, nous avons donc laissé de côté la partie-conseil de Tharios.

Tharios est incubé à Montpellier au BIC (Business & Innovation Centre). Nous sommes 3 associés et une dizaine à travailler sur le projet au total.

 

TradOnline : Qu’entendez-vous par « génération de textes » ?

Christophe Bourgoin : Aujourd’hui la publicité payante sur internet donne de moins bons résultats que par le passé. Le seul vrai gros levier d’acquisition de trafic passe par le SEO.

Et dans le SEO, la partie rédactionnelle, le contenu en quelque sorte, est vraiment hyper importante. Mais pour avoir une bonne stratégie de marketing par contenu, il faut du temps et des idées. C’est là où Tharios intervient.

Pour le moment nous nous concentrons sur les posts, c’est à dire que notre robot de génération ne rédige que les titres et descriptifs/résumés des articles que nos utilisateurs ont décidé de publier.

Par exemple, un de nos utilisateurs a trouvé sur notre plateforme un article de Wired sur l’IA intéressant, et il souhaite le partager avec ses réseaux. Notre robot rédacteur va alors rédiger des propositions de posts pour les 3 principales plateformes sociales Linkedin, Twitter et Facebook en adaptant les titres et descriptifs (format, sémantique…) et en essayant de les optimiser ! Le post rédigé pour Linkedin ne sera donc pas le même que celui rédigé pour Twitter par exemple.

Nous avons restreint pour le moment la rédaction aux posts et non aux articles car plus le texte à rédiger est long et complexe, plus il est difficile d’obtenir une rédaction assistée efficace.

page d'accueil de Nakki

page d’accueil de la plateforme développée par Tharios

 

TradOnline : Comment fonctionne la solution de Tharios ?

Christophe Bourgoin : Notre solution est présente sous forme d’une plateforme SaaS. Un assistant virtuel est là pour vous recommander des contenus adaptés à des critères prédéfinis. Plus vous allez qualifier ces propositions, plus celles-ci vont s’affiner jusqu’à correspondre parfaitement à vos attentes.

Ensuite, quand vous aurez sélectionné un article à partager, un second assistant virtuel va s’activer pour le publier sur tous les supports souhaités : Twitter, Facebook, LinkedIn, etc.

Bien entendu, il vous sera possible de modifier ce post avant publication, car celle-ci est toujours soumise à validation du client. Mais au moins, ce post aura la bonne sémantique.

Et le dernier volet de notre solution, c’est le suivi de la performance de vos publications ainsi que l’analyse de vos communautés. Cet outil vous permettra de valider quels prospects sont les plus importants pour vous, s’ils sont réceptifs à vos publications, et de personnaliser vos contenus.

 

TradOnline : Est-ce que vous avez des concurrents ?

Christophe Bourgoin : Nous n’avons aucun concurrent frontal. En revanche toutes les agences médias et toutes les plateformes de rédaction à bas coût sont nos concurrents.

 

TradOnline : Comment cette solution, plutôt disruptive, est perçue par vos prospects ?

Christophe Bourgoin : Notre volonté est d’aider les marques qui n’ont pas de stratégie de contenu à trouver une solution financièrement viable.

Nous ne cherchons pas à remplacer les community managers, mais à les aider à devenir plus efficaces. Grâce au deep learning, on leur enlève des tâches à faible valeur ajoutée pour qu’ils puissent se concentrer sur leur stratégie de marque, ce qui est bien plus important.

Par contre, il est clair que la machine sera toujours objective et qu’elle n’aura pas votre connaissance sur tout un tas de sujets. Ce sera à vous d’ajouter des anecdotes si ceci fait partie de votre stratégie éditoriale.

 

TradOnline : Quels sont vos objectifs et vos projets pour 2018 ?

Christophe Bourgoin : Nous sommes en train de tester une nouvelle approche de notre outil. L’idée est que le client entre un début de phrase et que le robot propose la fin. Nous avons mis beaucoup de ressources en R&D, notamment sur cette solution.

Nous allons également finaliser notre plateforme dans le courant de l’été pour pouvoir la mettre à disposition de nos clients en version bêta en fin d’année.

Et puis, comme la R&D coûte cher, nous sommes également en train de finaliser une levée de fonds qui devrait nous permettre d’envisager un lancement commercial début 2019.

 

TradOnline : Qu’est-ce qui vous fait personnellement avancer au quotidien ?

Christophe Bourgoin : L’aventure collective me tient à cœur. Le fait de répondre à une problématique métier au moyen d’une solution innovante, de me sentir utile. On n’est pas isolé et notre solution est attendue. C’est très motivant. D’autant que les entreprises qui ont testé notre produit ont toutes été enchantées.

 

TradOnline : Comment s’organisent la communication et la commercialisation de votre offre ?

Christophe Bourgoin : On croit aux outils du marketing digital aussi pour nous ! Nous pensons donc attirer des clients grâce à la production de contenus de notre robot, via la data, la tech, et nos experts.  🙂

Plus sérieusement, notre solution pourrait aider un spectre large d’organisation mais pour l’instant nous avons décidé de cibler les freelances, les start-ups et les petites entreprises. Ces petites structures n’ont pas les mêmes besoins que les grands groupes. Elles ont besoin de construire leur communauté et pour les aider, notre robot va faire de la curation de contenus. L’avantage, c’est que le robot sera plus précis que vous sur tout un tas de sujets sur lesquels vous n’avez aucune compétence. Pour moi, c’est tout ce qui a trait au domaine juridique par exemple.

Côté tarification, nous allons fonctionner par abonnement. Le tarif dépendra ensuite du nombre de services que vous choisirez : combien de contenus par mois, sur quels réseaux sociaux, etc.

 

TradOnline : Quelles sont les difficultés que vous rencontrez au quotidien ?

Christophe Bourgoin : Les principales difficultés que nous rencontrons sont d’ordre technologique. Étant donné que le deep learning est assez récent, nous avons encore beaucoup à creuser sur le sujet. Les tests sont complexes, nous investissons énormément en R&D, mais ceci coûte cher.

Et puis, les infrastructures nécessaires pour que notre outil soit rapide sont énormes.

C’est pour cette raison que nous aimerions lever des fonds.

 

Merci Christophe de nous avoir présenté votre projet. Vos problématiques font écho chez TradOnline puisque nous vivons nous-mêmes une vraie révolution avec les progrès de la traduction automatique. Nos questionnements se recoupent, notamment sur l’analyse du langage. Notre approche est la même : évangéliser avec pédagogie, sans pour autant survendre nos solutions, car pour Tharios comme pour TradOnline, les solutions de deep learning ne remplacent pas l’humain.

(Visited 44 times, 1 visits today)